• 19 SEP 17
    Arrêter de fumer

    Arrêter de fumer

    imagesTabagisme:

    Comment fonctionne la dépendance?

    La dépendance ou l’addiction commence lorsqu’on ne peut plus se passer de la consommation d’une substance sachant qu’elle est dangereuse pour la santé.

    Parmi les produits de consommation reconnus comme addictifs, le tabac arrive en première position d’utilisation devant l’alcool, l’héroïne ou la cocaïne.

    Au début, fumer peut provoquer un bien-être. Malheureusement, il est vite remplacé par la seule sensation de manque entre deux cigarettes.

    La nicotine est la principale cause de l’addiction. Cependant, d’autres substances chimiques,comme l’ammoniaque ajoutées à certains tabacs renforcent encore son action.

    La dépendance au tabac comporte toujours 3 facettes:

    Physique: C’est la cigarette que l’on fume parce que certains neurones du cerveau attendent d’être stimulés par la nicotine. certaines substances libérées, comme la dopamine, la sérotonine ou l’adrénaline, agissent sur l’organisme et procurent aussi un certain apaisement. Le problème c’est que l’organisme en demande encore et encore…

    Psychologique: C’est la cigarette que l’on utilise un peu comme une béquille dans toute sorte de contextes -émotions difficiles, la solitude, se donner une récompense,…

    Comportementale: C’est la cigarette réflexe, celle qui correspond à un rituel quotidien. Toutes ces habitudes peuvent rendre l’arrêt du tabagisme particulièrement difficile si on ne construit pas de nouvelles habitudes, des nouveaux rituels.

    Les dangers du tabagisme passif:

    Il n’est pas nécessaire de fumer soi même pour être intoxiqué par le tabac. Le fait de respirer à côté d’un fumeur signifie inhaler involontairement des milliers de substances dont de nombreuses cancérigènes.

    Il y a 3 types de fumée:

    La fumée primaire: Fumée inhalée par le fumeur.

    La fumée secondaire: Fumée qui s’échappe des cigarettes.

    La fumée tertiaire: Fumée rejetée par le fumeur.

    On peut aisément deviner que c’est la fumée secondaire qui est dangereuse pour les non fumeurs. Elle est concentrée en produits toxiques. D’où l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

    En effet, il est maintenant prouvé que le tabagisme passif peut-être mis en cause dans de nombreuses maladies du non fumeur: Infarctus du myocarde, cancer du poumon.

    Les risques pour les enfants 

    Même si elle le fait de façon involontaire une femme enceinte qui respire de la fumée intoxique son bébé.

    Les enfants sont particulièrement vulnérables face au tabac. Bien souvent, ils ne peuvent pas s’éloigner des fumeurs qui les entourent. Malgré eux, ils respirent donc les substances qui s’avèrent bien plus nocives pour eux que pour les adultes car leur système immunitaire n’est pas aussi efficace. C’est donc la porte ouverte aux infections, otites, bronchites,…

    Que faire?

    Si vous souhaitez  continuer à fumer il est impératif de le faire à l’extérieur. Il ne suffit pas d’ouvrir les fenêtres ou de fumer sous une hotte, les substances toxiques rentrent dans l’air ambiant.

    La meilleure solution c’est l’arrêt complet.

    Pour vous aider: Tabacstop 0800/111.00 de 15h à 19h en semaine.

    Ou auprès du médecin traitant de notre Maison Médicale des Palais.

    Pour prendre rendez-vous: 02 242.19.15.

    Source: http://www.tabacstop.be/info-pour-fumeurs/pourquoi-arr-ter-de-fumer

    Autres rubriques

    • Facteurs de risque cardiovasculaires

      Hormis l’hérédité, le sexe et l’âge, les principaux facteurs de risque cardiovasculaire peuvent être modifiés : tabagisme, hypertension artérielle, cholestérol, sédentarité et surpoids.

    • Arrêter de fumer

      Arrêter de fumer n’est pas chose facile, c’est une évidence ! Ne renoncez pas après un premier essai, la réussite intervient généralement après plusieurs tentatives.

    • L’asthme

      L’asthme est une pathologie de plus en plus fréquente.

      Comment reconnaître une crise ? Quelles en sont les causes ? Quels sont les examens nécessaires au diagnostic ? Quels sont les traitements ?

Rubriques

  • En bactériologie et parasitologie, le but des analyses est souvent d’identifier l’agent responsable de l’infection : bactérie, parasite, champignons microscopiques, etc. Elles consistent donc à prélever un échantillon et à rechercher l’élément pathogène soit par observation directe, soit après mise en culture. L’identification du germe pathogène aidera à définir le meilleur traitement et l’antibiotique le plus efficace.

  • La biochimie est l’étude des réactions chimiques du monde vivant. Les analyses biochimiques consistent à mesurer les quantités des constituants des liquides biologiques (sang, urine, etc.). La plupart des maladies ont en effet des répercussions sur leur composition et leur étude peut aider au diagnostic et au suivi de nombreuses maladies.

  • Les analyses hématologiques sont pratiquées sur le sang pour permettre le diagnostic ou le suivi de certaines maladies. Le sang est composé d’un liquide, le plasma, dans lequel flottent des cellules (globules rouges, blancs et plaquettes) et un grand nombre de substances (protéines, hormones, vitamines, etc.). Ainsi, l’hématologie regroupe l’analyse des cellules du sang mais aussi d’éléments dissous dans le plasma comme les facteurs de la coagulation ou les anticorps.

  • La sérologie est l’étude du sérum, c’est-à-dire le sang débarrassé de ses cellules et de certains constituants. La plupart du temps, il a l’aspect d’un liquide transparent et jaunâtre. Communément, la sérologie consiste à évaluer l’immunité à une maladie en mesurant la quantité d’anticorps spécifiques de celle-ci.

Ce site ne peut en aucun cas remplacer une consultation.